Previous page
English version

Le biomimétisme

  1. Qu'est-ce que c'est ?
  2. Sans rentrer dans des définitions classiques Wikipedia que vous pouvez retrouver sur internet, ce terme désigne le fait de s’inspirer de la nature pour innover, généralement par rupture, dans des activités humaines. C’est un domaine qui m’a toujours passionné. J’ai toujours eu cette impression que des processus similaires se retrouvaient à différentes échelles de notre monde, l’image qui me revient souvent est celle des «réseaux»:



    On peut facilement voir la similarité dans ces images qui peut même nous amener à avoir des pensées très profondes comme y a-t-il des «règles fondamentales» qui nous échappent? Pour le designer que je suis se dire que l’on pourrait trouver des règles «parfaites» qui fonctionneraient quel que soit le domaine appliqué me laisse à la fois rêveur et dubitatif.
    Mais c’est un peu l’idée qui se dégage du biomimétisme. Se dire que toutes les solutions existent dans la nature et qu’il suffit de mieux observer la nature pour dégager des formes, des systèmes ou écosystèmes permettant de répondre à des enjeux modernes et plus généralement lié à des enjeux écologiques de durabilité.


    On remarque donc différents secteurs et différents axes de recherches. Par exemple les innovations issues de l'observation de la Nature macroscopique concernent beaucoup les designers et ingénieurs, qui recherchent des formes nouvelles (design organique, amélioration des structures et des flux). On remarque également d'autres secteurs plus scientifiques (Médecine, Chimie, Physique,...) qui travaillent à l'échelle microscopique voir nanoscopique. On pourrait également parler de certains chercheurs qui étudient les comportements sociétaux de certaines espèces animales (on peut penser au fonctionnement des ruches). Bref les applications sont très diverses et si vous souhaitez en apprendre plus, cliquez sur la case ci-dessous:

  3. Une pensée
  4. Selon moi nos "projets biomimétiques" sont encore loin de ressembler à la Nature. Les études de cas comme la copie d'un volume issue de la Nature (le fameux bec du train), ou bien l'utilisation d'une ressource que seule la Nature peut fabriquer (la soie de l'araignée,...) ressemble plus à de la contrefaçon qu'une réelle envie de biomimétisme.
    Je pense qu'il faut réfléchir encore plus en amont avec des questions peut-être plus abstraites: Quelle est la définition de la Nature ? Quelles sont ses «règles fondamentales»? Il y a certainement des réponses à apporter qui pourraient profondément changer notre système, nos industries et notre société de consommation.
    Sans trop réfléchir à la question je lance une hypothèse:

    je dirai que la naissance, l’évolution (croissance) et la mort sont les règles fondamentales de la Nature.

    L’espace a connu le big bang, il est actuellement en expansion et un jour, mourra, il en va de même pour la ville, l’homme et internet à des échelles de temps différentes.

    J’aimerai faire une analogie pour vous expliquer mon point de vue. Une analogie entre les Hommes et un objet industriel. Si l'on prend comme échelle de temps celle d'un être humain (environ 80ans), on observe:
    - Un Homme naît, grandit, puis meurt. Lorsque l’être humain grandit son corps évolue et apprend à se défendre (défenses immunitaire). La personne apprend également à «survivre» dans son monde pour pouvoir mourir dans le meilleur des cas à un âge avancé, de vieillesse ou de maladie. A noter que tout ce qui est issue de la Nature se recycle et forme donc un cercle fermé (=cycle).
    - Tout objet industriel actuel commencerait selon moi sur cette timeline à l’âge de 70 ans. Un objet ne naît, ni ne grandit… il «apparait» dans sa forme définitive pour mourir rapidement à la moindre «maladie». A noter que tout ne se recycle pas et qu'il y a donc des déchets.

    Selon moi un objet devrait intégrer ce cycle naturel pour être réellement mimétique d’une nature vivante. Les études de cas ne suffisent pas, il y a une globalité dans le biomimétisme. Il doit y avoir un cycle à trouver, une base commune issue de la Nature voir un encadrement à développer qui serait viable et pousserait les entreprises à adopter ces nouvelles méthodes et donc à adopter le biomimétisme.

  5. Idées
  6. Si l'on se focalise sur cette idée de cycle, on remarque qu'il existe déjà des techniques qui permettent d'approcher certaines de ces idées:
    - La nature est vivante et réagit donc à son environnement. Les capteurs et senseurs permettent déjà des réactions mécaniques automatisées. Cela fait penser au système "if (this) do (that)" qui fonctionne relativement bien.
    - Cette notion de grandir peut aussi trouver des similitudes avec le système d’upgrade d’une machine. Si un produit devient désuet simplement changer une partie de celle-ci ou bien ajouter des composants à cet ensemble. Une mise à jour logiciel serait plutôt associé à une évolution intellectuelle de l'objet.
    - Un produit devrait être capable de se «soigner» ou, au minimum, de montrer quand l'un des composants est défectueux pour pouvoir le réparer rapidement et ne pas endommager le reste de la structure. Il faut donc créer des objets facilement réparables (et donc plus facilement recyclables). Cela servirait à améliorer le temps de vie d'un objet.
    - A l’échelle d’une ville c’est, selon moi, une composante essentielle de ce que l'on nomme actuellement, sous forme de mode, la «Smart» City. Un mobilier urbain capable de vivre et surtout d'évoluer de manière autonome. Je pense que je développerai le sujet plus tard. On n'y pense peu mais les feux rouges sont déjà autonomes, mais ils n'évoluent pas.
    - Enfin le système de mort serait intéressant pour nos chers vendeurs et permettrait de mettre en place une obsolescence programmée qui existe dans notre corps et qui s'appelle l'apoptose à savoir l'autodestruction programmée d'une cellule pour «le bien commun». Une durée de vie avant l'achat serait établi et devrait être honnête.
    Vous vous dites certainement que cette idée est un non-sens, je vous direz simplement qu'elle n'est pas applicable avec une entreprise qui mentirez à ses clients, mais il y a probablement des cycles de ventes à trouver qui intégreraient la mort de l'objet, par exemple par son rapatriement au magasin (pour recyclage) contre un échange ou une réduction sur la nouvelle gamme du produit. Un cycle naturel gagnant-gagnant.

    Bref nous sommes dans une époque où le temps à la réflexion est de plus en plus court et nous savons que nous avons les réponses sous nos yeux. Cet article se base sur une hypothèse qui est probablement à améliorer, mais ces hypothèses apportent des sujets de réflexions différents et peuvent donc aboutir à des solutions innovantes qui ne concernent pas uniquement l'innovation matérielle. Il faut comprendre que l'innovation apportée par le biomimétisme, pour être efficace, doit être fait avec une vision globale. On peut imaginer que cela pourrait créer de nouveaux business modèles et donc à terme créer un vrai bouleversement du système actuel.

    Vous avez aimé cet article ? Alors partagez-le avec vos amis en cliquant sur les boutons ci-dessous :

    Twitter Facebook Google Plus Linkedin email
    Published
    10th December 2015
    Author
    Cedric Fettouche
Previous page

Top of the page